KAPOKIER – ou l’arbre à saucisse de coton

 

Kapokier jeune

Kapokier jeune

 

 

 

Le kapokier est un arbre tropical géant, pouvant atteindre 40 à 60 mètres de haut et qui peut vivre plus de cent ans. Originaire d’Amérique centrale et du sud, c’était un arbre sacré chez les Mayas, qui le vénéraient comme l’arbre de vie.

En vieillissant, le kapokier forme à la base de son tronc de larges et solides contreforts. On parle alors souvent de « fromager » plutôt que de kapokier. Ce nom lui a été attribué durant la période de l’Indochine, lorsque la France occupait le Cambodge. On utilisait le bois de cet arbre pour en faire des boîtes à fromage, d’où le nom de fromager.

UTILISATION DU KAPOKIER

Il fournit des fruits en forme de capsule qui produisent une fibre végétale fine et soyeuse appelée « kapok ». Cette bourre imperméable, isolante et imputrescible est utilisée par les locaux pour rembourrer les coussins, les oreillers et les matelas.

Fruit du Kapokier

Fruit du Kapokier

Ses feuilles servent à préparer du shampooing. Ses graines sont employées contre les problèmes urinaires. Son écorce est utilisée comme diurétique et dégrisant. Son bois veiné de jaune et de rose, sert à la fabrication de cageots, de caisses. Enfin, ses racines sont réputées réduire la fièvre.

Écorce du Kapokier

Écorce du Kapokier

KAPOKIER – Arbre sacré ou maléfique…

À travers le temps et selon les différents continents où il a été introduit par l’homme (Afrique, Asie), le kapokier est un arbre sacré ou maléfique. Aux Antilles, il est lié à l’histoire de l’esclavagisme. Plus d’un homme se pendait à ses branches pour échapper à une vie de martyre car le kapokier permettait à leurs âmes de voyager par-dessus les mers pour retrouver leurs ancêtres. On l’appelle là-bas l’arbre à zombies.

En Afrique, il est considéré comme un arbre sacré et occupe avec le baobab un rôle central dans beaucoup de contes. C’est l’arbre qui abrite les esprits des ancêtres.

Pour les Mayas, le kapokier était également un arbre très sacré : il symbolisait l’axe du monde, apparu au moment de la Création au centre de la terre.

Au Cambodge, le kapokier fait partie de ces arbres remarquables qui occupent une place de choix dans les croyances populaires. Il est interdit de le couper lorsqu’il est en vie sous peine de malédictions. Il appartient au monde des esprits, des génies. Et selon les croyances animistes, encore très présentes de nos jours au Cambodge (voir l’article « Maisons aux esprits »), la forêt, les rivières, les montages regorgent de génies et fantômes à l’affut de ce qui se passe sur leur domaine. Lors d’une promenade en ces lieux, il faudra donc éviter de formuler des paroles négatives (on va se perdre, tu vas tomber…) au risque de provoquer le destin. Pour s’assurer que les génies les protègent, lorsqu’ils se trouvent en forêt, les Khmers, avant de manger ou de boire, déposent toujours un petit morceau de nourriture ou quelques gouttes de boisson par terre ou sur un arbre en guise d’offrandes.

Fromager

Fromager

Alors ouvrez grand vos yeux lors de vos balades à travers la province de Kampot pour découvrir le kapokier et ses drôles de « saucisses de cotons ». Ou bien encore, lors de votre visite aux Temples d’Angkor, en venant le découvrir à Ta Prohm, 3ème temple le plus connu du site, où l’on peut admirer ses racines envahir complètement les pierres de cet édifice.

 

À PROPOS de moi

Circuit autour du Cambodge

Circuit découverte de Kampot

Histoire et légendes du Bokor

Parc National Bokor

Cours de cuisine chez l’habitant

Pin It on Pinterest