MORINGA L’ARBRE DE VIE AU CAMBODGE

Surnommé « l’arbre de vie » au Cambodge, le moringa ou « mrum » en Khmer serait capable, dit-on, de soigner plus de 300 maladies.

Les locaux utilisent presque toutes les parties de ce petit arbre mellifère. C’est ainsi que feuilles, fleurs, gousses, graines rentreront dans la composition de soupe comme « sâmlâ kako », « sâmlâ srâlâk », « sâmla mchu ».

Soupe aigre-douce moringa

Où seront consommées tels quels comme les graines (appelées « noix de ben ») qui une fois grillées font le délice des petits et des grands. D’ailleurs, de ces dernières on en tire une huile alimentaire raffinée et également reconnue dans l’industrie cosmétique comme un très bon fixateur de parfum mais aussi comme un antioxydant naturel puissant.

Vous l’aurez compris, le moringa n’est pas un arbre anodin. C’est pourquoi je vous invite à le découvrir de plus près.

LES MULTIPLES VERTUS DE L’ARBRE MORINGA

Le moringa est recommandé pour les diabétiques car ses feuilles aident à réguler le niveau de glucose dans le sang. De plus, ces dernières sont riches en vitamine A, C et E, en fer, en magnésium, en calcium et en potassium.

Les effets bénéfiques de ses feuilles ont été démontrés contre les rhumes, la fièvre, les diarrhées, les douleurs et certaines pathologies cutanées. Sans compter leur action antioxydante, anti-inflammatoire et antivirale.

Une fois transformées en poudre, les feuilles du moringa sont réputées pour stimuler le système immunitaire, réduire la fatigue, abaisser la pression artérielle, améliorer la digestion, le transit et à renforcer les capacités cognitives.

RECONNAISSANCE DE L’OMS SUR LE MORINGA

Bref, le moringa contient tout ce dont on a besoin (à part de la vitamine B12).  Ses vertus sont telles que l’Organisation Mondial pour la Santé la préconise, pour ses apports nutritionnels, auprès de personnes souffrant de malnutrition, d’anémie ou du VIH.

LE MORINGA OU L’ARBRE PURIFICATEUR

Enfin, notre arbre tropical aurait même une portée humanitaire d’envergure puisqu’il permettrait de purifier les eaux troubles. En effet, en broyant ce que l’on appelle le « tourteau de moringa » (ce qu’il reste à l’intérieur du fruit, une fois que l’on a enlevé les grains), on obtiendrait une poudre qui, déposée dans de l’eau sale, aiderait les bactéries et saletés à remonter à la surface.

MORINGA L’ALIMENT DU FUTUR

En plus d’être préconisé par l’OMS, il n’en est pas moins reconnu comme un des aliments du futur par les Nations Unies ! Et ce au vu de sa robustesse, sa résistance à la chaleur et à la sécheresse. Ainsi que pour ses vertus nutritives, comme on vient de le voir, de grande qualité.

NOVEL FOOD – MORINGA

Il a même été classé comme « Novel Food ». Un terme qui désigne des aliments et ingrédients alimentaires issus de la recherche scientifique et technologique, ainsi que des traditions culturelles d’autres pays et dont la consommation était négligeable (voire inexistante) dans les pays de l’Union Européenne avant 1997.

ORIGINE DU MORINGA

Arbre moringa

Mais d’où vient donc cet arbre miraculeux ?  Et bien le moringa est originaire d’Inde et fait partie de la pharmacopée de la médecine ayurvédique depuis 5000 ans. Alors qu’il est encore peu connu en France, il représente la base de l’alimentation en Inde où l’on consomme son fruit, en curry notamment.

Aujourd’hui cultivé dans de nombreux pays tropicaux d’Asie et d’Afrique, il en existe 13 espèces  mais c’est généralement le moringa oleifera qui est cultivé et consommé.

TOUS AU MORINGA

Comme on dit chez moi « y a plus qu’à » ! Après avoir découvert tous les pouvoirs de cet arbre en construisant mon article, je vais de ce pas au marché local de Kampot pour me ravitailler en moringa.

Car quoi qu’il en soit, cela me fera toujours plus de bien que de mal ! Et puis n’est-ce pas la clef d’une bonne santé que de se soigner par les plantes ? La terre en est riche à foison ! Une véritable herboristerie à l’infinie que je ne me lasse pas d’arpenter et de découvrir tous les jours.

A DECOUVRIR SUR LE MORINGA

Pin It on Pinterest