PALMIER CAMBODGE – LE PALMIER A SUCRE

Originaire du Sud de l’Inde et du Sud de l’Asie du Sud-Est, le palmier à sucre a toujours été cultivé au Cambodge pour l’extraction de son sucre, l’utilisation de ses palmes, de son « bois » et de ses fruits. On l’appelle ici « Doeum Thnôt » mais il est aussi connu sous le nom de palmier de Palmyre. Au Cambodge, il est le 3ème palmier le plus cultivé après le cocotier et le palmier à huile (elaeis guinensis), mais n’en reste pas moins le premier en tant que symbole du Royaume, de sa culture et de son artisanat.

SYMBOLES DU PALMIER A SUCRE A TRAVERS LE TEMPS

Véritable emblème du Cambodge, le palmier à sucre a de tout temps été lié à l’histoire et aux paysages de ce pays (on en dénombre 2 500 000 en tout). Et ce depuis très longtemps, car d’après une vieille légende, un roi ordonna un jour que chaque habitant plante un palmier à sucre pour faire partie du peuple Khmer.

Durant l’époque des Khmers rouges, il eut malheureusement un rôle horrible puisqu’il servit d’armes à ces derniers. Ils utilisaient ses pétioles d’1 mètre de long, tranchantes et composées d’épaisses épines, pour égorger, à la sortie des camions dans les « champs de la mort », hommes, femmes et enfants.

LE PALMIER A SUCRE ET LES HOMMES

Économiquement parlant, le palmier à sucre joue un rôle important dans le système rural car il représente pour les locaux une source de revenus complémentaires importante après la culture du riz.  En effet, de sa sève on extrait un jus sucré qui, fermenté, devient du vin de palme. Cuit, on en obtient une pâte de sucre que l’on retrouve dans de nombreux desserts.

Des remèdes médicinaux sont créés à partir de ses racines. Le tronc sert à façonner de jolies poutres ou des pirogues. De ses feuilles, on peut fabriquer des pans de couvertures de toits, de la ficelle, des nappes, des chapeaux, des boîtes traditionnelles appelées « smock » ou encore des éventails. Durant l’Empire Khmer (IXe au XIIIe siècle), elles servaient même de pages d’écriture !

De ses pétioles, on obtient des fibres résistantes pour confectionner des  balais. De ses fruits, on en sort une chair gélatineuse qui, mélangée à du sirop de sucre de palme (ou avec un jus de coco), constitue un excellent dessert rafraîchissant.

On retrouve également sa trace grâce à de nombreux chanteurs et poètes d’antan car le palmier à sucre les a de tout temps inspirés.

LE PALMIER A SUCRE OU L’ARBRE AUX 101 USAGES

Bref, comme vous pouvez le constater le palmier à sucre est bien généreux et a su donner de sa longue vie au service de l’homme (il peut être productif plus d’une centaine d’années !), car tout est bon à l’usage et l’inspiration chez lui. On le surnomme d’ailleurs au Cambodge « l’arbre aux 101 usages ». Un poème tamoul donne même une liste de 801 usages du palmier Palmyre !

C’est véritablement le Roi des palmiers ! Je vous invite à l’admirer lors de vos escapades, couronné de son bouquet de feuilles, régnant tel un maître dans les campagnes de la province de Kampot.

À PROPOS de moi

Circuit autour du Cambodge

Circuit découverte de Kampot

Histoire et légendes du Bokor

Parc National Bokor

Cours de cuisine chez l’habitant

Pin It on Pinterest