ORIGINES DES VÊTEMENTS TRADITIONNELS CAMBODGIENS

Tout au long de l’année dans tout le Cambodge, on peut admirer, grâce aux nombreuses sculptures à Angkor et au travers de fêtes traditionnelles et/ou religieuses, le port de vêtements traditionnels d’une grande beauté. Mais quelles sont leurs origines et d’où vient ce savoir-faire ?

C’est durant l’Empire Khmer (du IXème au XIIIème siècle) que l’art du tissage devint une spécialité à part entière dans la culture cambodgienne. Cet art découlant de la technique de l’Ikat (« kôl » en khmer), apparue en Chine autour du VIème siècle (l’ère Funan) et qui se répandra, par la suite, vers l’Asie du Sud-Est, l’Inde, le Moyen Orient…

L’ART DU TISSAGE OU L’ART DE L’IKAT

L’ikat est une technique de teinture et de tissage dans lequel le dessin est créé en teignant d’abord le fil de trame (ou de chaîne) de toutes les couleurs qui vont y figurer mais à des intervalles très précis. De sorte qu’au moment du tissage les éléments du dessin se formeront grâce à la juxtaposition de ces couleurs.

VÊTEMENTS TRADITIONNELS CAMBODGIENS – A CHACUN SON SAMPOT

Parmi les tissus traditionnels cambodgiens, on retrouve en premier lieu le sampot, vêtement national du pays. C’est un long tissu rectangulaire dont les deux extrémités ont été cousu ensemble pour former un bas de vêtement tubulaire.

Il est autant autant porté par les hommes que par les femmes. D’ailleurs, celles-ci le porteront avec différents hauts comme Chang Phong (photo principale) de couleur optionnelle pour couvrir leur poitrine tout en laissant dévoiler une petite partie de leur ventre.

Le sampot peut être drapé et plié de différentes manières et il est autant porté en forme de pantalon que de jupe. Il en existe tant qu’il ne m’a pas été facile d’y faire le tri mais voici, à mon goût, ceux que vous que vous aurez le plus de chance d’entrapercevoir.

 

Le Sampot Chang Kben

costumes traditionnels mariage

Il se présente sous la forme d’un pantalon et, est tout autant porté par les femmes que par les hommes lors d’occasions spéciales (mariages par exemple). Pour les hommes, le sampot devra être paré de motifs traditionnels masculins afin de le démarquer de celui des femmes.

Le Sampot Phamuong

Sampot Phamuong

Plus luxueux que le précédent, ses structures géométriques et les feuilles florales qui le composent comprennent 52 couleurs bien distinctes. Pour la confection de certains de ces sampots, ce n’est pas moins de 22 aiguilles, différentes les unes des autres, qui seront nécessaires pour le créer. Il est souvent porté par des danseuses qui représentent les divinités d’antan.

Le Sampot Samloy

Sampot Samloy

De couleur noire, ces sampots sont portés lors de mariages, de funérailles mais aussi lors de fêtes religieuses comme Pchum Ben. Traditionnellement, c’est jupe tubulaire porté par les femmes avec un haut blanc recouvrant épaules et ventre.

Tient, en parlant de haut, voici deux autres tissus traditionnels cambodgiens : le Sabai ou Sbai en khmer (ស្បៃ) et le Krama.

Le Sabai ou Sbai

C’est un tissu sous forme de châle de poitrine pour les femmes. C’est un dérivé du sari indien, dont l’extrémité se porte sur une épaule.

 Sabai ou Sbai

Le krama

Ce foulard, à l’origine, était un tissu obtenu par du coton que les Khmers cultivaient et travaillaient eux-mêmes. Une fois cultivé et ramassé, le coton (samley) était filé pour être tissé en forme de foulard du nom de krama.

Dans la haute société, les riches préféraient le krama de soie au krama en coton. Et ce pour deux raisons bien distinctes : la soie, à l’instar du coton, restait douce et fraîche l’été. Mais surtout, elle leur permettait d’afficher leur différence avec les paysans.

Hommes, femmes et enfants le portent régulièrement et son utilité dans la vie quotidienne lui donne toute sa valeur de symbole car il fait partie de l’histoire du Cambodge et de l’héritage transmis aux nouvelles générations. C’est à l’heure d’aujourd’hui, le vêtement cambodgien le plus répandu au pays et véritable symbole de ce dernier.

Krama

Pour finir..

Le Cambodge possède une grande tradition de tissage de la soie, d’où découle de nombreux vêtements traditionnels avec des motifs complexes et propres à la culture cambodgienne. Il y en a tant, que si je devais tous les citer cela rendrait mon article encore plus long et fatigant à lire ! Mais j’espère avoir éclairé votre chandelle et pour en être sure, voici un lien qui vous en apprendra davantage.

https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://en.wikipedia.org/wiki/Khmer_clothing&prev=search

N’hésitez pas, lors d’un séjour à Siem Reap, de prendre le temps d’aller visiter Artisans Angkor Silk Farm. Où vous aurez un bon aperçu du  travail de l’élevage du vers à soie, de la teinture, des techniques de tissage et bien d’autres choses.

http://www.artisansdangkor.com/nature-26-129-visit-our-silk-farm.php

Pin It on Pinterest